Le régime sans gluten : solution miracle ou nouvelle lubie

Régime sans gluten
Régime sans gluten

Le régime sans gluten : De la nécessité médicale au phénomène de mode

Venu droit du continent américain et adopté par diverses personnalités, le régime sans gluten est devenu le nouveau concept en vogue en matière de santé et perte de poids. Mais les explications sur les produits « gluten-free » – qui coûtent trois à quatre fois plus cher que les produits « normaux » – sont globalement peu connues. C’est surtout un effet de mode qui a diffusé cette nouvelle tendance culinaire qui laisse les scientifiques sceptiques. Et bien qu’ils ne se soient pas encore prononcés pour beaucoup d’entre eux, les pronostics ne vont pas en direction d’un régime miracle.

Le gluten, qu’est-ce que c’est ?

Le gluten est un composé de protéines insolubles, une partie du grain présente dans l’amidon et la farine et qui donne de l’élasticité et de la viscosité à la pâte. C’est donc un composé essentiel en boulangerie. On le trouve dans diverses céréales telles que le blé, le seigle, l’orge, l’avoine ou le maïs, à des doses plus ou moins fortes. En savoir plus ici.

Or, les produits sans gluten n’ont certes pas été commercialisés pour des régimes amincissants, mais bien pour des individus atteints par la maladie cœliaque. Cette pathologie se caractérise par une forte intolérance au gluten, qui cause un endommagement du système intestinal. Les conséquences sont généralement des carences, des diarrhées et une dénutrition, mais la maladie peut également évoluer vers une forme de cancer dans certains cas rares.

Cette maladie auto-immune se dépiste et le seul traitement connu à l’heure actuelle est l’absence totale de gluten dans l’alimentation. Si les termes scientifiques ne vous font pas peur, vous pouvez retrouver une description plus complète de cette pathologie.

Pourquoi cette folie du régime sans gluten ?

Ce qui a mené une partie de la population américaine à craindre la présence de gluten dans ses aliments, c’est une sensibilité au gluten beaucoup plus répandue que la maladie cœliaque. Plus de 5% des citoyens des Etats-Unis se disent sensibles au gluten et présentent à priori des symptômes similaires mais considérablement moindres et sans danger. Certains scientifiques peu convaincus y voient là une sorte d’effet placebo car ces personnes ne souffrent pas d’une atrophie des villosités du petit intestin comme les victimes de la maladie cœliaque.

Les spécialistes se montrent réticents face à cette tendance du régime au gluten adopté par des personnes chez qui aucune sensibilité n’a été détectée. Il se trouve que la maladie cœliaque peut se déclarer à tout âge, et il devient difficile pour les médecins de connaître et d’informer les malades si de plus en plus de personnes retirent artificiellement le gluten de leur alimentation. Ces cas de sensibilité ont tendance à être confondus avec la vraie maladie cœliaque qui est banalisée alors qu’elle toucherait moins de 1% de la population occidentale.

Un simple effet de mode ou un régime alternatif qui se vaut ?

Ce qui fait le scepticisme des scientifiques au sujet des individus sensibles au gluten, c’est qu’ils n’y voient aucune explication démontrable. Les tests développés permettent uniquement de dépister la maladie cœliaque et la recherche se concentrerait actuellement sur la création d’enzymes de dégradation du gluten afin de substituer un remède permanent à un régime contraignant à vie.

Face à cet effet de mode, des études ont été menées sur les conséquences d’un régime sans gluten, et il s’est finalement avéré que de le supprimer de son alimentation ne comportait aucun danger. Cependant, pour les personnes ne souffrant ni de la maladie cœliaque ni d’une sensibilité au gluten, les scientifiques n’ont pas dénoté le moindre bienfait non plus. Ainsi, les études se poursuivent mais il semblerait pour l’heure que les régimes sans gluten soient tant sans risques que sans intérêt particulier.